Actualités (PARAU 'ĀPĪ)

Ia ora na

Teie mai nei te mau parau 'āpī nō te Pū ti'a'aura'a 'e fa'aineinera'a tōro'a i roto i tāna mau ha'ara'a nō te mau rave 'ohipa a te mau 'oire, a te mau 'āmuitahira'a 'e pū 'ohipara'a a te mau 'oire.

Retrouvez ci-après l’actualité du Centre de gestion et de formation dans son action au profit des agents des communes et des établissements publics de coopération intercommunale.

Māuruuru.

 

Papeete le 13 avril 2018

 

SERVICES TECHNIQUES

La soudure : initiation

Durant trois jours, cinq agents communaux se sont exercés à la soudure. Issus des communes de Reao, Takaroa, Tumaraa, Moorea-Maiao et Taiarapu-ouest, les stagiaires ont essentiellement travaillé sur différents types de soudure avec leur formateur, Teiva TAURAA, dans un atelier du lycée Polyvalent de Taaone. « Nous avons travaillé sur trois types de soudures » précise Teiva, « le MMA, le MIG/MAG et le brasage ».

Le soudage MMA consiste à souder deux éléments métalliques « sans gaz avec apport de métal » tandis que la soudure MIG/MAG se fait « avec gaz et une bobine de fil » et le brasage fonctionne également « avec gaz et apport de métal ».

Avant d’arriver à la soudure, les participants ont appris à utiliser le matériel : les réglages à effectuer, la maintenance préventive à des remplacements d’accessoires, la manière de souder en fonction du type de soudure (les différents gestes à avoir par exemple).

C’est avec un chariot multifonction que les agents rentreront dans leurs communes respectives. Un chariot soudé et fabriqué par leurs soins au cours de leur formation.

 

MÉTIERS ADMINISTRATIFS – CITOYENNETÉ ET POPULATION

Le rôle et les responsabilités de l’archiviste communal

Autre nouveauté 2018 dans le secteur de la formation. Du 27 au 29 mars, le CGF a organisé pour la première fois une formation dédiée à l’archivage public dans une commune.

Elle a permis aux participants, qu’ils soient agents chargés des archives communales ou qu’ils n’aient jamais effectué d’archivage, de connaître les principales activités professionnelles de l’archiviste et ses responsabilités.

Retour sur cette première session en images :

 

Papeete le 29 mars 2018

 

FORMATION AUX MÉTIERS TECHNIQUES

Les règles de conduite d’un chantier de pose de canalisations en eau potable

Comme il l’est pour les communes, le Centre de gestion et de formation (CGF) est également au service des dix établissements de coopération intercommunale (EPCI).

Du 28 au 29 mars, le CGF a organisé une nouvelle formation à destination et à la demande des agents du département eau potable (DEP) du Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF). Un réel investissement qui pourra profiter aux communes adhérentes à ce service proposé par le SPCPF puisque les ingénieurs et techniciens du DEP accompagneront encore mieux les problématiques communales liées à l’eau potable.

Elle a permis aux neuf participants de connaître les règles de conduite à maîtriser lors du suivi d’un chantier de pose de canalisation en eau potable. Cela leur permettra d’organiser et de conduire un chantier encore plus efficacement pour le compte de leurs communes adhérentes.

La formation a été animée par Christian CHALONS intervenant pour le CGF de la Polynésienne des eaux. Durant les deux journées, il a pu aborder avec les stagiaires les règles de sécurité d’un chantier, la protection individuelle et collective, les différentes natures de canalisations ou encore les accessoires de réseaux et de branchements.

La mise en place de ce stage s’est faite suite à l’évolution en termes de missions et de recrutement de personnels au sein du département eau potable du SPCPF.

À ce jour, le DEP compte une dizaine d’agents. Auparavant répartis en secteurs (îles hautes et Tuamotu) l’ensemble du personnel du département est désormais amené à intervenir à la fois dans des communes des îles hautes et dans les Tuamotu. Il était donc important d’uniformiser les connaissances de l’ensemble de l’équipe pour répondre à l’augmentation des projets des îles hautes

Ce jeudi après-midi, les participants ont pu se rendre sur un chantier de pose de canalisation en eau potable conduit par la Polynésienne des eaux.

 

SERVICES TECHNIQUES / ESPACES VERTS ET PAYSAGE

L’abattage d’arbres en sécurité

« L’abattage d’arbres en sécurité » est une des formations qu’a organisé le CGF cette semaine. Elle a débuté lundi 26 mars et s’est terminée ce jour, jeudi 29 mars. Les huit participants issus des communes de Tahiti et des Tuamotu ont eu quatre jours pour tout connaître sur l’abattage et l’ébranchage d’arbres en sécurité.

La formation a été assurée par deux formateurs-prestataires du CGF : Titaina MAITERE, formatrice bûcheron et Stanley TAHUTINI, formateur agrée en abattage et élagage d’arbres. Tous deux ont établi un programme bien chargé. La première journée a été dédiée à la partie théorique pendant laquelle les stagiaires ont pu appréhender la règlementation à suivre lors d’un abattage d’arbres et notamment le port des équipements de protection individuel (EPI) à avoir tels que casque, manchettes, gants, pantalon anti-coupures et bottes. La formation s’est poursuivie et terminée avec trois jours de pratique dans la vallée de la Fatau’a.

Outre l’abattage et l’ébranchage des arbres en sécurité dans la phase pratique, les participants ont également appris à entretenir une tronçonneuse, à tendre une chaîne et à affuter cette dernière. Une partie tout aussi importante car « un entretien régulier d’une tronçonneuse est la clé de son bon fonctionnement et de sa longévité mais aussi de la sécurité de son utilisateur ».

 

Papeete le 23 mars 2018

 

SERVICES TECHNIQUES / MAINTENANCE DES MOYENS TECHNIQUES

Immersion dans un atelier mécanique

Il y a un an, le CGF et la société Tahiti Bull signaient une convention de partenariat pour la formation « Immersion dans un atelier mécanique ». Une formation dispensée aux agents communaux à titre gracieux et assurée par le responsable de l’atelier mécanique de la société.

Cette année, neuf sessions sont prévues et le nombre de participants est limité à deux agents par grouper. Cette formation s’adresse aaux agents municipaux, mécaniciens ou agents techniques en charge de la maintenance mécanique dans leur commune. Une priorité d’accès est toutefois réservée aux agents des archipels éloignés.

La première session de 2018 a débuté lundi 19 mars dans l’atelier mécanique de la société Tahiti Bull. Elle s’est poursuivie jusqu’au 23 mars. Dix jours d’immersion où les agents communaux apprennent les bases de la mécanique, le diagnostic mécanique, voient les différents types de moteurs et de pannes...

Enrick TAURUA, chauffeur poids lourds au sein de la commune de Maupiti, a participé à cette première session de l’année. Retrouvez son portrait dans ce reportage :

 

Papeete le 14 mars 2018 

 

SÉCURITÉ CIVILE

Les techniques opérationnelles du secours routier – TOP SR

Depuis lundi 12 mars, seize sapeurs-pompiers permanents et volontaires des communes de Tahiti suivent une formation sur les techniques opérationnelles du secours routier – TOP SR.

Assurée par deux formateurs occasionnels du CGF également chefs de corps, la formation a pour objectif de faire acquérir aux participants des compétences spécifiques liées aux contraintes des interventions en secours routier. Ce stage de trois jours s’adapte aux risques liés à l’évolution des véhicules (hybrides ou électriques). En théorie, plusieurs thèmes et sous-thèmes ont été abordés : la sécurité individuelle et collective, la structure des véhicules, les différents types d’énergies des véhicules (hybrides – gaz et produit liquéfié (GPLc) - électriques et gaz), l’utilisation et l’entretien des différents matériels...

La théorie a été suivie d’une mise en pratique avec un véhicule retourné sur le toit, sur ses roues et sur le côté. Une occasion pour les stagiaires de découvrir les techniques de désincarcérations et les matériaux utilisés à cet effet tels que le vérin, le vérin écarteur, la charnière, les ancrages, le tirfor ou les encore les coussins de levage. Les techniques et les manipulations à effectuer sont différentes d’un véhicule à l’autre et de la situation dans laquelle il se trouve au moment de l’accident.

La formation certificative « techniques opérationnelles du secours routier » s’achèvera cet après-midi par une évaluation sur la pratique présidée par la direction de la protection civile (DPC) du haut-commissariat.

 

Papeete le 07 mars 2018 

 

LA FORMATION INITIALE DE CYNOTECHNICIEN EN POLICE MUNICIPALE

Examen conducteurs cynotechniciens

Comme évoqué dans l’article du 23 février dernier, quatre policiers municipaux de l’unité rapide d’assistance et d’intervention cynophile (URAIC) de la commune de Papeete ont participé à la formation initiale de cynotechnicien en police municipale. La formation s’est terminée vendredi avec l’examen de conducteur cynotechnicien.

Marcel KWONG et James REY sont les deux agents sur les quatre participants à la formation à avoir été évalués. Ils sont désormais conducteurs cynotechniciens confirmés avec leur auxiliaire canin et en prime, Marcel devient également référent cynotechnicien.

L’examen s’est tenu en deux temps : la pratique et l’entretien.

Après dix jours de formation intense, l’évaluation s’est portée sur quatre exercices de discipline et de défense : la technique muselée, l’obéissance, le saut d’obstacle et la technique mordant. Elle s’est achevée sur des questions générales portées sur le métier de conducteur cynotechniciens (le cadre légal, l’anatomie du chien…).

L’évaluation en images :

La remise des attestations de stage pour les deux assistants maître-chien et des certificats pour les deux conducteurs cynotechniciens s’est tenue ce jour, mercredi 7 mars, à la mairie de Papeete en présence du maire, Michel Buillard, du président du CGF également adjoint au maire de Papeete en charge de la sécurité publique et de la sécurité civile, René Temeharo ainsi que des directeurs généraux des services de la commune et du CGF, Rémy Brillant et Karl Martin.

 

Papeete le 01 mars 2018

 

AFFAIRES JURIDIQUES / ACHAT PUBLIC, MARCHÉS PUBLICS ET CONTRATS

Initiation au nouveau code polynésien des marchés publics

Le nouveau Code des Marchés Publics est applicable aux communes, au Pays et à leurs établissements publics, depuis le 1er janvier dernier.

134 cadres communaux en charge de la rédaction des marchés publics ont été prioritairement formés dans le second semestre de l’année 2017.

Afin de préparer les agents impliqués dans l’achat public et ceux nouvellement affectés à une cellule des marchés pour contribuer à leur rédaction, le CGF a mis en œuvre ce jeudi matin la première session de la formation à l’« initiation au code polynésien des marchés publics ».

Cette formation allégée de 2 jours a rassemblé dix-sept participants des îles du vent, des îles sous le vent et des Tuamotu. Elle est animée par Agnès Vayssié, directrice des affaires administratives et financières de la commune de Papeete et Manava Laborde, juriste du SPCPF.

À l’issue de la formation, les agents auront pris connaissance des nouveautés du code polynésien des marchés publics, ils auront pris conscience de la nécessité d'une mise en concurrence afin de garantir une bonne utilisation des deniers publics.

Deux nouvelles thématiques en la matière seront programmées dès le mois de juillet, une formation sur « la rédaction et la passation des MAPA et accords-cadres » et un stage sur « l’exécution financière et comptable des marchés publics ».

 

 

Papeete le 27 février 2018

 

SÉCURITÉ PUBLIQUE – FORMATION STATUTAIRE

Première séance de tests physiques pour les stagiaires de la formation APJA 2018

Ce mardi matin les 27 stagiaires de la sixième promotion d’agent de police judiciaire adjoint (APJA) ont participé à la première séance d’épreuves physiques prévue dans leur programme de formation. Elle permet d’évaluer le niveau initial de leur performance physique. Suite à une convention de partenariat signé entre la Gendarmerie nationale et le CGF, l’évaluation a été assurée par un adjudant de l’antenne du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN).

Les futurs APJA avaient cinq épreuves sportives à passer : un test d’endurance cardio-respiratoire, le test de pompes, de tractions, d’abdominaux et le test de squats. Grâce à ces tests, l’intervenant peut effectuer un bilan individuel et prendre en compte les lacunes à remédier.

Dans le programme de la formation de professionnalisation à l’emploi des APJA, les épreuves sportives sont la première évaluation que passeront les stagiaires. Elle est programmée le 12 juin prochain.

Afin de réussir cette évaluation et continuer ainsi l’aventure, les stagiaires ont six séances pour développer encore plus leur performance physique.

 

 

Papeete le 23 février 2018

 

SÉCURITÉ PUBLIQUE / PRÉVENTION ET PROTECTION DU PUBLIC

La formation initiale de cynotechnicien en police municipale

Depuis lundi, quatre agents de l’unité rapide d’assistance et d’intervention cynophile (URAIC) de la commune de Papeete suivent une formation pour être conducteur cynotechnicien pour deux d’entre eux et assistant maître-chien pour les deux autres.

Mise en place cette année par le CGF à la demande de la collectivité de Papeete, la formation initiale de cynotechnicien en police municipale a nécessité le déplacement d’un expert en la matière. Pendant dix jours, les quatre agents de l’URAIC seront formés par Rudy OLEK, brigadier-chef principal à la police municipale d’Orléans également responsable du pôle de formation cynotechnique de la commune et de l’URAIC-Orléans.

La formation est composée d’une mallette pédagogique équilibrée entre théorie et pratique. La partie théorique est surtout axée sur le cadre légal et la pratique sur les gestes techniques de protection et d’intervention cynophile. Les participants ont 20 jours de formation intensive au total : dix jours ce mois-ci et dix jours au cours du second semestre.

Cette session réunit trois formations, celle pour être assistant maître-chien, celle de la certification des agents qui se destinent à être conducteur cynotechnicien et celle de référent cynotechnicien pour l’un d’entre eux.

Hier, jeudi, les futurs cynotechniciens et assistants maître-chien ont travaillé trois modules avec leurs chiens : l’obéissance, le mordant technique et la frappe muselée. Retour sur cette session en images :

 

 

Papeete le 22 février 2018

 

SÉCURITÉ CIVILE

La présélection à l’entrée en formation du chef d’agrès

La présélection à l’entrée en formation du chef de garde

Ce jeudi, se sont déroulées les présélections à l’entrée en formation du chef d’agrès et du chef de garde. Elles se sont tenues à Tahiti pour les sapeurs-pompiers des îles-du-vent, à Raiatea pour ceux des îles-sous-le-vent et à Ua Pou pour ceux des Marquises.

Ces présélections sont composées d’épreuves sportives et d’une épreuve écrite. Étant donné que les épreuves sportives sont les mêmes pour la présélection en entrée en formation du chef d’agrès et en entrée en formation du chef de garde, à Tahiti, les épreuves sportives pour les deux présélections ont donc été lancées en même temps.

Seize candidats étaient prétendants pour l’entrée en formation du chef d’agrès et quinze pour celle du chef de garde. Organisées par le CGF, les épreuves sportives ont été encadrées par deux intervenants agréés messieurs Hervé MARRE, conseiller technique et pédagogique « sport » de la mission d’assistance technique auprès du Haut-commissaire et Bruno TEHAAMOANA de la direction de la jeunesse et des sports du Pays. Ils ont été assistés par des formateurs occasionnels du CGF.

Les épreuves sportives se sont déroulées dans la matinée. Cinq tests leur étaient imposés dont un, au choix du candidat : le test de Luc léger, le test de pompes ou tractions selon l’option choisie, le test de gainage, de souplesse et de Killy. Dans l’après-midi, les mêmes candidats ont eu deux heures pour répondre à diverses questions sur les fonctions d’équipier, de chef d’équipe ou encore de chef d’agrès et sur les manœuvres de bases que doit maîtriser un sapeur-pompier.

Au regard des exigences du métier les présélections sont nécessaires avant l’entrée en formation du chef d’agrès et du chef de garde. Le chef d’agrès encadre le chef d’équipe et les équipiers. Le chef de garde quant à lui encadre une brigade entière et organise le planning de la journée.

 

SÉCURITÉ PUBLIQUE / PRÉVENTION ET PROTECTION DU PUBLIC

La vidéo protection

Depuis lundi, des agents de police municipale de Arue et Mahina, participant à la mise en œuvre d’un dispositif de vidéo protection ont suivi une formation de vidéo protection au CGF.

Cette session a été priorisée aux communes dotées d’un système de vidéo protection et d’un centre de surveillance urbain (CSU) mais elle a également été ouverte aux collectivités qui prévoient d’en créer un. À ce jour, seules Arue, Papeete et Punaauia possèdent un CSU.

Durant les quatre jours de formation, les participants ont notamment été sensibilisés sur les procédures administratives et judiciaires à suivre dès qu’un CSU est mis en place, étudié le choix de l’installation et de l’implantation des caméras et pris connaissance du règlement du centre (le personnel habilité, les horaires de travail…). Dans l’après-midi de mercredi, les agents se sont rendus dans les centres de surveillance urbain de Arue et Papeete. Ils ont pris connaissance du fonctionnement du CSU des deux communes.

Ce jeudi, dernier jour de formation, deux élus de la commune de Arue sont intervenus pour exposer les raisons de l’installation de leur CSU et les bénéfices en terme de sécurité dont la collectivité tire avantage aujourd’hui.

À l’issue de la formation, les policiers municipaux du CSU devront être capable d’identifier les différentes étapes d’installation d’un dispositif de vidéo protection et en maîtriser la mise en œuvre, les enjeux, les finalités et les limites. De plus, ils devront savoir utiliser l’outil de manière efficace dans le respect du cadre légal.

 

 

Papeete le 21 février 2018

 

SÉCURITÉ PUBLIQUE – FORMATION STATUTAIRE

La formation de professionnalisation à l’emploi des agents de police municipale (APJA)

La sixième promotion d’agent de police judiciaire adjoint (APJA) portée par le CGF depuis 2014 s’est fait connaître ce matin. L’ouverture de la formation s’est faite en présence du président du CGF, de son directeur général des services ainsi que des responsables de formation en charge de l’APJA.

À partir de ce jour jusqu’au mois de juillet, 27 stagiaires participeront à la formation de professionnalisation à l’emploi d’agent de police municipal – APJA.

Cette formation a l’avantage de réunir les agents des îles et ceux de Tahiti et Moorea-Maiao. Cette année, les participants sont issus des Australes, des Tuamotu, des îles-sous-le-vent, de Moorea-Maiao et de Tahiti.

Dans la matinée, le major de la promotion APJA de l’an dernier, Ferdinand PELTZER, APJA de la commune de Faa’a est intervenu pour témoigner de son expérience. Les stagiaires ont ensuite pris connaissance du programme de la formation et de la spécialité « sécurité publique » dans la fonction publique communale. Dans l’après-midi, le commandant Ludovic Rougnon-Glasson a présenté la gendarmerie nationale de manière générale ainsi que ses missions en Polynésie française.

Durant leurs quatre mois de formation, les agents-stagiaires seront amenés à côtoyer des intervenants reconnus dans le milieu de la sécurité publique en Polynésie française. Ils viennent de la gendarmerie nationale, du centre régional de formation de la police nationale, de différents services de l’État, du pays et des communes. Les stagiaires alterneront donc entre cours théoriques et séances de sport (GTPI). Ils auront également la chance d’être dans des brigades de Police municipale. Mahina, Papeete, Punaauia et Paea sont les communes tutrices qui accueilleront les futurs APJA en stage pratique d’application.

La formation de professionnalisation à l’emploi d’agent de police municipale permettra aux stagiaires d’acquérir les compétences nécessaires à l'exercice de leurs missions dans les meilleures conditions possibles au service de la population.

 

 

FORMATION STATUTAIRE

La formation d’intégration des fonctionnaires de catégories C et D

La formation d’intégration des fonctionnaires de la fonction publique communale (FPC) a été organisée pour la première fois en 2013 suite à la mise en place de la FPC. Elle consiste à apporter aux fonctionnaires nouvellement nommés des connaissances relatives à l’environnement communal dans lequel s’exercent leurs missions. Elle permet ainsi aux participants de se situer dans la fonction publique communale, de connaître les droits et les obligations du fonctionnaire.

Dispensée sur trois jours, cette formation est également assurée dans les îles. À ce jour, sur les 4 720 agents communaux et intercommunaux, plus de la moitié ont intégré la FPC ou sont en cours d’intégration.

La première formation de l’année sur l’intégration des fonctionnaires de catégories C et D a débuté lundi au CGF pour les agents de Tahiti et mardi pour ceux de Hao, au sein même de la commune.

La formation d’intégration pour les catégories C et D sur Tahiti a réuni neuf participants. Parmi eux, Bruno TUMG, 51 ans et responsable d’équipe au service propreté de la commune de Pirae. Il a accepté de témoigner sur sa participation à la formation.

Bruno TUMG est agent de la commune de Pirae depuis 1987.

À l’époque, recruté dans le service voirie, après un an il est affecté au service technique et maintenance puis en tant que planton deux ans plus tard. Aujourd’hui, depuis 23 ans, il est responsable d’une équipe au service propreté de la commune de Pirae. Un parcours professionnel qu’il estime gratifiant.

Depuis peu, il est fonctionnaire de la fonction publique communale et décide de s’inscrire à la session de formation d’intégration des fonctionnaires de catégorie C et D qui s’est tenu du 19 au 21 février.

Son témoignage en images :

 

 

Papeete le 19 février 2018

 

DISTRIBUTION DES CATALOGUES DE FORMATION ET DES CALENDRIERS CGF

Chaque année, la direction de la formation du Centre de gestion et de formation (CGF) réalise un recensement des besoins de formation auprès de l’ensemble des communes et des groupements intercommunaux afin de constituer son programme de formation pour l’année N+1. Ainsi, pour 2018, près de 450 actions de formations sont proposées pour les différents métiers représentés dans les communes. Elles sont répertoriées dans le catalogue de formation édité tous les ans à cet effet.

Depuis 2012, le CGF, à travers la direction de la formation, assure la diffusion des catalogues de formation dans toutes les collectivités de Polynésie française.

La distribution des 450 catalogues 2018 a débuté jeudi dernier dans les communes de Tahiti et se poursuit cette semaine pour les îles. Un catalogue que vous pourrez également consulter en ligne sur le site www.cgf.pf dans le menu "La formation".

Petite nouveauté pour 2018 : un calendrier CGF est offert aux 4 720 agents communaux et intercommunaux.

© Norwen CHEUNG

© Norwen CHEUNG

 

Papeete le 10 février 2018 

 

RECRUTEMENT D'OPÉRATEUR DE SALLE POUR LE CENTRE DE TRAITEMENT D'APPEL

Épreuves sportives

Outre les formations que met en place le Centre de gestion et de formation (CGF) pour les agents municipaux, il a également pour mission, à travers son service de l’emploi, concours et recrutement, de superviser le recrutement d’agents pour les spécialités « sécurité civile » et « sécurité publique ».

En plus des recrutements effectués en septembre dernier, la commune de Arue a de nouveau soumis au CGF, en fin janvier, une offre d’emploi pour un poste d’opérateur de salle pour son Centre de traitement d’appel (CTA). Une offre concernant particulièrement le recrutement d’un sapeur-pompier professionnel (SPP).

Ce vendredi au stade Pater, le CGF, représenté par le responsable du service Emploi, concours et recrutement, a assisté aux épreuves sportives et physiques des six candidats sélectionnés par la commune, prétendants au poste en tant que SPP. Cinq tests leur étaient imposés tels que le test de natation, les épreuves d’endurance cardio-respiratoire et musculaire ainsi que les épreuves de souplesse, de vitesse et de coordination.

Sur les six candidats seuls deux ont réussi les épreuves sportives. Ils passeront très prochainement un entretien à la mairie de Arue. L’un d’entre eux sera alors nommé sur le poste d’opérateur de salle CTA sous statut SSP.

 

Papeete le 09 février 2018

 

FORMATION DU TRONC COMMUN POUR LA SÉCURITÉ CIVILE

Équipier module confirmation

Après la première session de l’année d’« équipier module confirmation » de la spécialité sécurité civile au bénéfice des sapeurs-pompiers des îles-sous-le-vent, la seconde a débuté lundi avec seize sapeurs-pompiers, volontaires et professionnels, de Tahiti et Moorea-Maiao.

Pour participer à la formation d’équipier module confirmation il est indispensable pour un sapeur-pompier de recevoir les formations de base que sont les gestes de premiers secours (PSE1 – PSE2) et d’équipier module opérationnel. Le stagiaire s’initie alors aux manœuvres à employer en cas d’incendie ou encore lors d’une intervention sur un lieu exposé aux pollutions et/ou aux risques chimiques.

Ainsi, après un an de service en tant qu’équipier opérationnel, un sapeur-pompier peut prétendre à la formation « équipier module confirmation » et doit la réussir afin d’être nommé au grade de sapeur.

Depuis lundi et ce jusqu’à vendredi, les stagiaires ont alterné entre théorie et pratique. Durant cinq jours, ils ont revu les prérequis sur l’organisation des services d’incendie de secours par exemple ou encore sur les notions de préventions et les techniques opérationnelles à adopter.

Mardi, après avoir assimilé connaissances et savoir-être pour les modules « ascenseur » et « utilisation des tronçonneuses », place aux manœuvres.

Retour sur la formation en images :

 

Papeete le 08 février 2018

 

SANTÉ ET SÉCURITÉ / SÉCURITÉ DES AGENTS AU TRAVAIL

Les règles d’hygiène et de sécurité : activités funéraires

Ce jeudi s’est achevée la formation sur les règles d’hygiène et de sécurité à suivre en tant qu’agent en charge des activités funéraires et agent assermenté représentant le maire lors des exhumations.

Durant plus de deux jours, seize agents communaux des îles-du-vent et de Raiatea, fossoyeurs, agents techniques de cimetière ou encore policiers municipaux chargés du contrôle des exhumations ont pris connaissance des différents risques à se prémunir lors d’une inhumation et/ou d’une exhumation. Le contenu de la formation a notamment porté sur la règlementation à suivre pendant les activités funéraires et sur le type d’équipements de protection à détenir. L’objectif est de prévenir tout risque pour la santé en garantissant les bonnes pratiques et les bons gestes.

Des simulations d’une opération d’inhumation et d’exhumation ont également été effectuées au cimetière de l’Uranie. En raison des conditions météorologiques, la mise en situation réelle n’a pu être mise en place.

 

Papeete le 05 février 2018

 

RÉSEAU DES CHEFS DE CORPS DES ÎLES-DU-VENT

Jeudi 1er février s’est tenu le premier réseau de l’année des chefs de corps (CDC) des îles-du-vent auquel le président du CGF, le directeur général des services et la responsable de formation en charge de la sécurité civile étaient invités par le Colonel Masson, directeur de la protection civile.

Organisée mensuellement par la Direction de la protection civile (DPC), ces réunions sont un moment d’échanges privilégiés avec les CDC. Des échanges essentiellement basés sur des questions opérationnelles, sur la gestion des centres d’intervention et de secours mais également sur l’aspect statutaire et sur les formations organisées par le CGF.

Pour cette première réunion de travail qui a eu lieu à la caserne des sapeurs-pompiers de Paea, quatorze CDC de Tahiti et Moorea-Maiao ont répondu présents.

© Commune de Paea

© Commune de Paea

© Commune de Paea

 

Papeete le 01 février 2018

 

FORMATION MIXTE AGENTS ET ELUS COMMUNAUX

Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de chacun

 

La première formation mixte de l’année organisée par le Centre de gestion et de formation et le Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF) a démarré ce jeudi matin au sein du SPCPF.

 

Mise en place en 2014 et à la demande des agents et des élus, la formation « santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de chacun » permettra aux treize participants de connaitre les différents niveaux de responsabilités et d’obligations auxquelles ils sont soumis mais également de comprendre les enjeux financiers ou juridiques.

 

Cette formation, dispensée sur deux jours, a l’avantage de réunir des agents et des élus issus des communes des Australes, des Tuamotu, des îles-sous-le-vent, de Tahiti et de Moorea-Maiao qui pourront confronter leur vision des enjeux et des moyens à mettre en œuvre pour prévenir les risques d’accidents au travail. Ils seront accompagnés par deux formateurs, un élu et un agent en charge de l’hygiène et de la sécurité au travail ainsi que d’un médecin du travail et de deux agents de la CPS.